Accueil du site de l'ouraline.  
  Copyright | Webmaster | Plan du site | Légal | Liens  

Le vocabulaire de la verrerie.

 

Visiter les galeries.
Voir


Visiter la bibliothèque.
Savoir

 

     
   

Extrait de "La verrerie". Paris - 1868.
Par M. A. Sauzay, Conservateur-adjoint du musée des souverains.

   
   
   
    Information importante. Le texte qui suit est retranscrit tel qu'il est paru à l'époque.
Résumé de la fiche. Les points importants du texte.
   
   

 

Affinage. – voir écrémage.

Canne. – Tube en fer creux. L’une de ses extrémités (celle que le verrier tient dans sa main) est munie d’une garniture en bois. De tous les outils du verrier la canne est sans contredit le plus indispensable ; c’est grâce à son seul recours, qu’on peut obtenir le soufflage du verre qui, comme on le verra, est le mode de travail employé pour la fabrication de la presque totalité des objets en verre.

Verriers thébains utilisant la canne.Ainsi qu’on peut s’en convaincre en se reportant à cette figure représentant des verriers thébains, son usage remonte à la plus haute antiquité.

La canne mesure de deux à trois mètres de longueur.

Carcaisses. – Fours à recuire les glaces.

Ciseaux. – Ils servent à couper le verre lorsqu’il est encore malléable.

Cuillère. – Il y en a de deux espèces. L’une qui sert à transvaser le verre d’un grand creuset dans d’autres plus petits ; l’autre à écrémer le verre en fusion.

Écrémage. – Action d’enlever les corps étrangers qui surnagent sur le verre. Ce travail est quelquefois désigné sous le nom d’affinage.

Fritte. – Par ce mot dont l’objet joue, comme on va le voir, un rôle très important dans la fusion du verre, on désigne l’opération qui consiste à faire subir aux substances vitreuses une chaleur assez forte non seulement pour chasser l’humidité et les brûler les substances combustibles qui s’y trouvent, mais encore pour leur faire subir un commencement de fusion.

Les creusets contenant la fritte sont ceux qui, placés dans les parties latérales du four, reçoivent une chaleur moins grande que ceux qui, occupant le centre du foyer, sont les creusets de fusion.

Gamin. – Nom indistinctement donné à l’ouvrier qui aide l’ouvrier souffleur.

Halle. – Atelier de fabrication.

Lagre. – Feuille de verre épais, ou plaque en terre réfractaire.

Marbre. – Plaque en fonte ou en fer, sur laquelle le verrier fait la paraison.

Ouvreau. – Nom donné à des espèces de petites fenêtres qui, s’ouvrant et se fermant à volonté, sont placées au dessus des creusets, afin que l’ouvrier puisse successivement y introduire les matières vitrifiables, et en retirer le verre dont il a besoin.

Paraison. – Opération consistant à tourner et retourner sur le marbre le verre pâteux et adhérent à la canne.

Pelles à rebords, plus ou moins grandes, à l’aide desquelles on jette les matières vitrifiables dans les creusets.

Pontil. – Longue verge en fer plein, qui sert soit à étirer simplement le verre, soit à le torsiner. Par étirer le verre, on entend obtenir un fil beaucoup plus long, et par conséquent d’une bien plus grande finesse que celui dont il provient.
Pour arriver à ce résultat, le gamin colle son pontil au verre encore à l’état pâteux et adhérent à la canne du souffleur, et marchant à reculons, il tire à lui le pontil, tandis que le souffleur qui tient la canne marche en sens contraire, ou bien reste immobile.

Recuite. – Tel est le nom que l’on donne à l’une des opérations les plus importantes de l’industrie verrière, car, sans elle, aucun de ses produits ne pourrait résister au moindre choc, au moindre changement de température. Pour obvier à cet inconvénient qui naîtrait forcément d’un refroidissement trop instantané, on dépose chacune des pièces terminées, et alors qu’elles sont encore rouges, dans un four spécial où on les laisse se refroidir lentement.

Suivant M. Péligot, « c’est à un recuit insuffisant qu’il faut attribuer la casse si fréquente des verres de lampes, surtout quand on les emploie pour la première fois ».

Ringard. – Instrument en fer avec partie supérieure en bois, servant à remuer la fritte et la matière vitreuse des creusets.

 

 


   
     
   
     
Approfondir le sujet.Pour en savoir plus :

Définition du verre par M. Maurice LACHATRE (1861)
Définition du verre par MM. LARIVE et FLEURY (1911)
Composition du verre par M. A. COCHIN (1866)
Le verre de Bohême par M. GODARD (1861)
La cristallerie anglaise par MM. CHANCE frères (1861)
La verrerie belge par M. A. Sauzay (1868)
   
           
           
           
      Accueil    
 

 

 
Copyright | Webmaster | Plan du site | Légal | Liens